Créer un site internet

Référendum thalasso : Voter NON

Nonthalasso

Le projet de thalasso que nous propose la municipalité, dans la continuité de l'action de la précédente équipe municipale, suscite un vif débat qui témoigne de l'intérêt que portent les Hilairoises et les Hilairois au développement et à l'avenir de la commune.

L'organisation d'un référendum, que nous avons demandée dès le début de la campagne des élections municipales, est un premier succès pour tous ceux qui, comme nous, considèrent que le devenir de l'îlot Jeanne d'Arc mériterait une large concertation.

Il est toutefois regrettable et dommageable pour la démocratie locale que toutes les sensibilités politiques qui se sont exprimées lors des élections municipales ne puissent aujourd'hui participer à cette consultation. Ainsi, notre collectif SAINT HILAIRE C'EST VOUS, qui avait recueilli 3,6% des suffrages, se voit privé des moyens d'expression publique officiels.

Le projet, qui s'étale sur l'ensemble de l'îlot, se compose d'un immeuble d'une quinzaine de mètres de haut, avec une façade de plus de 100 m sur l'avenue de la Forêt et un retour d'environ 50 m rue de l'Océan.

Il s'agit donc d'un bâtiment imposant qui risquerait de défigurer à jamais la baie de Sion en rasant, de surcroît, les petites villas qui témoignent du passé de notre station balnéaire

Les surfaces affectées à la thalasso représentent un peu plus de 2 000 m² sur les 8 000 m² du projet. Le reste correspond pour l'essentiel à une résidence hôtelière (120 logements environ) qui sera commercialisée de manière individuelle à des particuliers. Cette proportion 1/4 thalasso pour 3/4 de logements invite à considérer qu'il s'agit principalement d'une opération immobilière.

La volonté de voir des activités se développer tout au long de l'année à Sion est certes louable ; mais cela supposerait que la thalasso fonctionne à plein régime en permanence. L'expérience des équipements similaires voisins montre que ce n'est pas le cas. Et ce n'est pas la présence de quelques dizaines de curistes durant l'hiver qui ferait vivre les commerces habituellement en sommeil pendant cette période de l'année.

Quant aux emplois créés, environ 70, il s'agit, aux dires des promoteurs, d'équivalents temps plein ; c'est à dire, qu'en fait, ce serait sans doute pour l'essentiel des emplois à temps partiel, rémunérés comme tels, avec des salaires mensuels bien inférieurs au SMIC.

Par ailleurs, on peut considérer qu'il y a suffisamment d'espaces libres dans le Terre-Fort pour accueillir des entreprises artisanales ou de service et qu'il n'est nul besoin de bétonner la côte pour créer des emplois..

Les questions soulevées par ce projet sont multiples et certaines sont aujourd'hui encore sans réponse (autorisation de pompage et de rejet, avis de la commission des sites,...). Aussi, une réunion contradictoire avant le référendum est nécessaire afin de mieux en faire percevoir les enjeux.

• • •

Le charme de Sion, ce qui attire les vacanciers, c'est bien sûr son cadre mais également son côté familial, populaire, et il n'est peut-être pas utile ni souhaitable de vouloir y implanter cet établissement de « prestige ».

Pour notre part, nous estimons que l'îlot Jeanne d'Arc mérite mieux qu'une barre de 100 m de long, fût-elle agrémentée de boiseries et de transparences.

Nous pensons qu'une véritable concertation, organisée auprès des différents acteurs de la vie locale, permettrait d'aboutir à un aménagement correspondant mieux aux attentes des Hilairoises et Hilairois.

Un appel à projet pourrait être lancé auprès des grandes écoles de la Région, (École Centrale, École du Bois, École d’architecture, Fac de Sociologie…). Les étudiants et leurs professeurs seraient ainsi invités à travailler sur un projet d’aménagement prenant en compte notamment les éléments suivants :

  • respect de l'environnement de la baie de Sion
  • conservation du patrimoine balnéaire de l'îlot
  • respect de l'architecture des constructions existantes
  • utilisation des énergies renouvelables en particulier pour le chauffage
  • prise en compte des besoins sociaux, culturels et économiques de la population
  • consultation de la population à chaque étape du projet

 

Il s'agit, on le voit, d'une démarche bien différente de celle qui a conduit à nous imposer ce centre de thalasso que nous refusons sur l'îlot Jeanne d'Arc.

 

 

thalasso référendum Sion îlot Jeanne-d'Arc

×