Conseil municipal du 23 mai 2014

La salle du conseil était comble, ce vendredi 23 mai 2014, jour de Conseil Municipal, ce qui montre que la population de Saint-Hilaire est bien partie prenante de son avenir, en notant toutefois qu'il y avait deux points importants à l'ordre du jour :

· le projet de thalassothérapie

· les rythmes scolaires

PROJET THALASSO

En ce qui concerne la thalasso, la nouvelle équipe municipale s'inscrit dans la continuité de la précédente, qui avait déjà autorisé la Sté CCY Invest, retenue pour la mise en oeuvre du projet, à déposer un permis de construire et autoriser le maire à signer le compromis de vente ainsi que la convention d'objectifs et de moyens.

La nouveauté, à ce conseil, c'est le mandat qui est donné au maire de demander au Préfet de saisir la Commission des Sites afin qu'elle puisse statuer sur la conformité du projet aux règles de protection de la nature et de l'environnement.

Lors du vote, on a vu la totalité des élus (y compris les colistiers de M. Dubin) approuver cette décision, à l'exception des deux élus de l'opposition qui, fidèles à leur programme, ont voté contre.

Notons également que le Maire n'a pas jugé utile de répondre à l'élue de l'opposition qui, avec pertinence, s'interrogeait sur les nombreuses questions qui restent en suspens à ce jour (qui sera l'exploitant, qu'en est-il de l'autorisation de pompage,...)

Notre collectif "Saint-Hilaire, c'est vous" est opposé à ce projet qui ne répond pas aux attentes des habitants et qui est de nature à défigurer le quartier historique de Sion.

En outre, s'il s'avère que la thalasso n'est pas viable, il ne restera de ce projet qu'un vaste ensemble immobilier qui ne fera qu'alimenter la spéculation immobilière.

Nous continuons de dire qu'il faut le suspendre et engager une vaste concertation avec la population. Cette consultation devrait s'achever par un référendum local.

Dans le Courrier Vendéen du 29 mai, le maire déclare travailler à la mise en place de ce vote qui n'aurait lieu qu'à la fin de l'année, autrement dit quand tout sera décidé !

Manif thalasso 02 r

Samedi 7 juin 2014, plus de 150 personnes ont manifesté contre le projet de thalassothérapie à Sion

RYTHMES SCOLAIRES

Le décret du 24 janvier 2013 relatif à l’organisation des temps scolaires dans les écoles maternelles et primaires prévoit une mise en place de 24h d’enseignement répartis sur 9 demi-journées

Le nouveau conseil municipal estime ne pas être en mesure de respecter ces dispositions et demande un moratoire d’un an pour l’application de ce décret dans notre commune

Pour le collectif « Saint Hilaire c’est vous » le décret, tel qu’il est pensé aujourd’hui, n’est pas de nature à permettre de régler les difficultés scolaires des enfants.

Un large débat doit s'engager.

Alléger les heures d’enseignements pourquoi pas, mais en garantissant des activités périscolaires de qualité. Ce n’est pas le chemin pris par l’État qui déplace le poids de ces activités vers les communes.

Car, ce sera bien à elles d’investir dans les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir.

Dans le même temps, ces mêmes communes sont placées dans un contexte de réduction des dépenses publiques, de diminution du soutien de l’État.

Un pas de plus est donc fait vers l'accroissement des inégalités. Certaines communes en auront encore les moyens, d’autres pas.

C’est sur l’ambition éducative qu’il faut peser auprès des responsables politiques qui semblent avoir oublié les objectifs annoncés de lutte contre l’échec scolaire.

Nous voulons que l'école remplisse trois missions fondamentales :

· éduquer le futur citoyen

· construire l'individu de demain

· former le futur travailleur intellectuel ou manuel

C’est à l’État de prendre véritablement ses responsabilités en donnant à l’école les moyens financiers et humains de s’attaquer à la difficulté scolaire, et aux communes, la possibilité effective de mettre en place un périscolaire de qualité.

Notre collectif demande «une suspension» de cette réforme qui, mal conduite depuis le départ, débouche sur «une pantalonnade».

Par ailleurs, pour poursuivre sur le thème de la scolarité, on peut s'étonner qu'aucun élu n'ait évoqué (même si ce n'était pas à l'ordre du jour) la construction d'un lycée public polyvalent dont le Pays de Vie a tant besoin.

Pour nous, il s'agit d'une priorité que nous avions soulignée, durant la campagne électorale, en procédant de manière symbolique à la pose de la première pierre.

Nous continuerons d'agir pour sa réalisation et participerons à toute initiatives allant dans ce sens.